CPC 035 - le bon bon scolaire

De C'est pas con !
Aller à : navigation, rechercher


Selon les sondages, il semble que ce qui paraîtrait répondre aux aspirations des gens serait un "bon" "bon scolaire" librement utilisable par les familles pour payer des écoles dirigées par des chefs d'établissement associatifs/coopératifs [1], recrutant leur personnel, et locataire de locaux laïcs loués par l'Etat où les collectivités, ou privés loués ou possédés par des privés,

Les réels problèmes semblent être ceux :

  • du statut des membres de la "force enseignante de l'Etat". Il suffirait de décider que la mission première de ce corps enseignant de l'Etat est l'"accueil culturel et social" (intégration, handicap, délinquance, etc.) principalement en France mais aussi en francophonie, et le détachement auprès des lycées et collèges bénéficiant du bon scolaire.
  • de la différence entre l'enseignement et l'éducation, c'est à dire la définition des programmes qui devrait relever de loi et le contrôle des acquis qui devrait être organisé par l'université à travers le bac et d'autres formes de recrutement complémentaires (comme le font les grandes écoles).

Cela voudrait dire une égalité démocratique et républicaine du financement scolaire/universitaire pour tout enfant du jardin d'enfants à l'emploi, c'est à dire du premier âge social de la libre formation assurée jusqu'à l'entrée dans le second âge de la vie qu'est la production salariée et avant le troisième âge de la contribution volontaire protégée.

Il ne s'agit en aucun cas d'une société providence ou partisane, mais d'une société compétitive dans le temps présent, gérant intelligemment et efficacement ses capacités en fonction de ses besoins, à l'écoute des pays qu'elle peut entraider.




  1. Une suggestion d'intérêt serait celle de banaliser le recours à des SCIC d'enseignement, c'est à dire à des coopératives d'intérêt collectif réunissant en trois (obligatoires) collèges : les professeurs, les parents, et les collectivités (publiques, mixtes et/ou privées) pour la gestion des établissements. La possibilité de cette forme récente statut de coopération sociale parait approprié et à préciser dans le cas des établissements scolaires pour y associer un collège des élèves et de leurs structures propres (représentation de classe, stages, junior-entreprises, etc.).