CPC 017

De C'est pas con !
(Redirigé depuis CPC 017 - Holopline)
Aller à : navigation, rechercher


Quand on y pense bien on ne sait pas du tout l'on est !

Certains nous disent dans l'"Univers", et d'autres réduisent même le "Deus Sabaoth" à un "Dieu de l'Univers" !!! Traduction misérabiliste alors que le mot "Tsabaot" veut tendre vers d'inconcevables multitudes. Ce que la science tente d'approcher par la notion de "multivers".


Ce que nous voulons dire est que nous sommes dans le "cosmos" c'est à dire ce qui est ordonné (kosmos, en grec) et donc scientifiquement observable, qui fait partie à ce qui est au total immensément un (univers, en latin) et que l'on peut ne entièrement percevoir. C'est également la différence de degré entre réel et vérité.

Il nous manque donc un mot commun d'origine grecque pour discuter la "théorie du tout". Or ce mot a peu à peu été introduit par ses incidentes (prefixe, adjectifs, concepts, etc.) à l'initiative de Jan Christiaan Smuts, c'est le mot "holos" : le tout du tout. (whole, en anglais). Smuts defini le holisme comme "la tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l'évolution créatrice"


nous savons maintenant : nous sommes dans l'holos ! qui, entre autres, inclut le cosmos !


Hoplite-dt.png

Maintenant, dans les sciences on veut toujours définir une discipline, c'est à dire un domaine d'étude, pour tout. Mais là, c'est le paradoxe de Russell : la partie scientifique de toutes les parties. On ne peut plus "disc-machiner les cheveux en quatre" : il faut peigner la tignasse.

Pas de holodiscipline donc, il faut enlever le "disc" et la recherche d'un discours unique : cela fera l'"holopline", qui sera sans aucune doute la convergence de tous les discours.


cela fait du bien de savoir que nous sommes tous des holoplites !
à ne pas confondre avec des hoplites ! quoi que le casque du "hopla" (l'attirail, le barda) est pas mal comme logo ...


Et si j'ai bien compris l'Aristote 2.0, la base est l'architectonique, la "holopline" des prémisses, qui est donc la science de, et ncessaire à, la politique, dont lart est celui de conduire ces hommes libres, qu'aujourd'hui nous avons interconnectés.