CPC 013 -Mnémonique des singularités

De C'est pas con !
Aller à : navigation, rechercher


L'histoire dit que la mauvaise réputation du chiffre 13 vient de Philippe II de Macédoine, qui fit rajouter sa statue à celle des 12 dieux de l'Olympe, et fut assassiné peu après. Son fils, formé par Aristote, s'appelait Alexandre le Grand.


Ceci est symbolique et peut servir de mnémonique pour jalonner aisément l'évolution du paradigme humain ("comment cela marche-t-il ?") et l'unicité (le 1) de ses trois (le 3) grandes singularités qui le sous-tendent :


  • théosophique : les choses nous sont des "machina", des machins, des "boites noires" qui font ce qu'elles veulent. Nous parlons de probabilité pour faire bien, au début on parlait de "deus ex machina". La première singularité fut quand on pu parler au/avec les deus à travers les prêtres.


  • philosophique : à partir du 6ème siècle avant Jésus-Crist, on a peu à peu ouvert la boîte noire et on a commencé à comprendre scientifiquement le fonctionnement des choses à partir d'Anaximandre. Laseconde singularité est la compréhension par Aristote du syllogisme [1] et le développement de la logique du tiers exclu sur laquelle peut reposer la raison dont nous parle le logos des philosophes.


  • technosophique : le 21 janvier 1889, les temps étaient suffisamment mûrs pour que le premier "Oskar" fût délivré à Henri Poincaré pour être passé "en dessous" de la boîte noire et avoir expliqué que la logique de Newton ne suffisait plus[2]. C'était un point de non-retour dans la pensée humaine, la troisième singularité aussi dite techno-logique : la sagesse de la connaissance des choses nécessite en préalable d'en comprendre, de maîtriser et d'inclure dans le logos, la techne de la complexité sous-jacente qu'explorent les informaticiens que nous devenons tous, avec l'aide des bots en réseau.


  1. « Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d'autre que ces données en découle nécessairement par le seul fait de ces données » Aristote (Topiques, I, 1, 100 a 25 et Premiers Analytiques, I, 1, 24 b 18-20).
  2. Irresolvabilité du problème des trois corps, en réponse à un concours pour le 60ème anniversaire de Oskar II de Norvège et de Suède. Ce fut le déclenchement du développement scientifique du XXe, à commencer par la correction par Poincaré lui-même d'une erreur de raisonnement qui l'a introduit à la théorie du chaos. Puis la physique quantique, la relativité, etc. etc.


PS. Wikipedia nous dit : "Le nombre 13 est au centre de nombreuses superstitions. Le terme technique pour qualifier la peur du nombre 13 est une triskaïdékaphobie, et pour la peur du vendredi treize paraskevidékatriaphobie. Pour certaines personnes le nombre 13 peut porter bonheur."

Chi lo sa ?